Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

Les  galeries  souterraines  d'eau  de 

source  de  Fontenay-aux-Roses (suite1)

          Voir aussi  :                                                                                                                               ©  Tous droits réservés   © 

     Le  site  principal  avec  ses plans  et ses  photographies                                                            colettejunier@hotmail.fr  
  
et   l'accès  aux  actualités  2017  et  suivantes

 

Chronologie des évènements de l'année 2015

     Depuis le début de l’année 2015, nous avons continué nos activités dans deux grands axes directeurs :



1 - Élargir notre zone d'investigation :

 

     Notre étude se limitait jusqu'à présent au territoire de l'ex-ENS.

Nous l’avons maintenant élargie à la zone S du plan cadastral, c’est-à-dire à la zone incluse entre l’avenue Lombart et les rues Boucicaut, Antoine Petit, Robert  Marchand, Gentil Bernard.
Cette zone correspond à la partie nord de la seigneurie DEVIN, à l'aqueduc de la Grande Rue (rue Boucicaut) et à la propriété du Château Boucicaut aujourd’hui disparue.(zone teintée en bleu sur le plan ci-dessus).

 

     C'est sur ce coteau que notre sourcier Michel Rouillard a mis en évidence 3 aqueducs de dimensions semblables à ceux de l'ex-ENS, certains conduisant encore de l'eau.


  • Pour l'un d'entre eux, nous espérons pouvoir réaliser, grâce à un regard bien visible et facile d’accès, une exploration avec des spéléologues.
  • Un autre aqueduc, passant par le 4 de la rue des Roses, est en parfaite cohérence avec le procès-verbal d'expertise de 1975. Il avait été demandé par le Tribunal Administratif suite aux affaissements et fontis des années 1972-1973, en particulier aux Phalènes et au Bt C du Moulin Vert, proche du 37 de la rue Boucicaut, près de l’église.
  • De même un ancien bassin, au niveau du virage de la rue des Roses, a pu être repositionné avec une extrême précision, ainsi qu'une pierrée l'alimentant.

    Nous contactons les riverains concernés par ces passages d’aqueducs afin de collecter le maximum de renseignements, y compris sur les anciens puits, bassins, caniveaux, ….

 

    Par ailleurs nous recherchons aux Archives Départementales du 92 les actes de vente de différentes propriétés, celles du Château Boucicaut, celles de la seigneurie Devin et de la famille Pajou. Ils sont tous riches en informations, car ils décrivent les lieux et les servitudes concernant les passages d’eaux souterraines.

 


2 - Réaliser une étude géophysique du sous-sol de l'ex-ENS :

 

   A l'occasion des JEP 2014, nous avons noué des contacts avec l'Université Pierre et Marie Curie de Paris, et plus précisément avec son laboratoire de géophysique.

Ainsi nous avons élaboré ensemble un programme de recherches par des moyens non invasifs (c'est-à-dire sans endommager le sol et le sous-sol), afin de localiser les vestiges qu'ils peuvent renfermer, en particulier des aqueducs.

 

Cette étude répond à un triple objectif : 

 

- Proposer un sujet d'étude à un étudiant de l'Université Pierre et Marie Curie, 

- Localiser de façon exhaustive et systématique des vestiges souterrains,

- Confirmer les localisations déjà faites par notre sourcier, et en conséquence,
  valider la confiance que nous avons envers ses recherches.

 

    Après avoir obtenu les autorisations de l'Université Paris-Sud et du CROUS (que nous remercions), l'exploration du sous-sol du site de l’ex-ENS a eu lieu début avril avec l'utilisation de trois méthodes :

 

 

 

 

 

  • impédancemétrie en haute fréquence par déplacement
    d'un mobile équipé d'antennes d'émission et de réception,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  •  résistivité en basse fréquence
     par déplacement d'un ensemble
     de 4 électrodes de mesure,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  •  conductivité magnétique
     par déplacement d'un mobile.
     

 

 

 

 

 

 

 

 

à noter que l'utilisation d'un "Georadar" (Radar à Pénétration de Sol) prévu initialement est inadaptée à cause de la couche d'argile qui empêche la pénétration des ondes). Il n'a pas été utilisé. 

 

 

    Ces méthodes d'investigations sont à la pointe des recherches faites par ce laboratoire, et sont de ce fait pilotées par les personnels enseignants utilisant des matériels mis au point par eux-mêmes.

    L'ensemble des mesures et résultats seront consignés dans un rapport de stage qui fera l'objet d'une soutenance en juin 2015, et qui nous sera transmis.

 


3 - Une œuvre d'artiste que nous exposerons :

 

 

 

 

 

    Henri Chauvet, fontenaisien qui fut l'architecte du "Théâtre des Sources" (1968), a réalisé un croquis de la fontaine de 1759 et de son auge.

 

    L'eau de cette auge s'écoulait dans

un gué qui servait d'abreuvoir aux animaux, mais qui s'était transformé en mare insalubre.

 

 

 

    Auge et gué se trouvaient, à cette époque, en partie basse d'une ruelle.
Le seigneur Devin annexa la ruelle à sa propriété et supprima la mare. Il dut en échange réparer le lavoir des Bouffrais et y construire un abreuvoir.

(Avril 2015)

 

 

4 - Soutenance du rapport de stage de géophysique :

 

        Charlotte Barbé et Julian Albert, étudiants de l’Université Pierre et Marie Curie (Jussieu) ont soutenu avec brio leur rapport de stage le 17 juin 2015.

Ils nous en ont remis une copie, et nous les en remercions.

        Nous pouvons ainsi confirmer :

- la présence de vestiges (cheminées) cohérents avec l'existence d'un aqueduc à l'ouest du court de tennis (aqueduc qui proviendrait de la citerne pour se terminer à l'angle sud-ouest du terrain de l'ex ENS),
- le prolongement de l'aqueduc sud au-delà du mur d'enceinte.
- des vestiges de galeries en étoile en partie sud du parking.

 

        Il nous reste maintenant à valider ces résultats par une exploration adaptée du sous-sol.

 


5 - Présence sur le marché :

 

        Le samedi 20 juin, sous l’auvent du marché, nous avons exposé nos documents et photos sur les galeries souterraines de l’ancienne Ecole Normale Supérieure, site occupé actuellement par la Résidence Universitaire Olympe de Gouges dans la partie nord, et par l’Université Paris XI dans la partie sud.

Sur cette photo, nous pouvons voir Gaston Coeuret, notre historien local, son épouse, et Colette Junier portant un casque rouge. Sur l'autre photo, Robert Bayle donne des explications à des visiteurs.

A noter que ce week-end du 20 et 21  juin 2015 était dédié aux "Journées Nationales de l’Archéologie". Quelle coïncidence !

 

 

6 - Rénovation de la Place de l’Église :

 

     Lors du Conseil Municipal du 13 avril a été annoncé un projet de rénovation de la Place de l’Église, en signalant des problèmes éventuels de sous-sol de cette zone.

Par lettre à M. le Maire, nous nous sommes proposés pour nous associer à ce projet au niveau des recherches techniques et documentaires. Cette zone fait partie intégrante de nos recherches à cause de l'aqueduc d'eau de source de la "Grande Rue" (rue Boucicaut) alimentant deux puits ayant été creusés successivement sur cette place. Cette zone avait également fait l'objet de plusieurs sinistres (dont celui mémorable de 1972), et plus récemment de ceux de l'école Jean Macé.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deuxième puits entre 1841 et 1853       Pompe entre 1853 et environ 1920

(En remplacement du 1er puits,
gênant, en bordure de la Grande Rue)
 

(Juin 2015)

 

     Depuis, nous avons été invités à deux reprises par M. Duez, directeur des Services Techniques, à une réunion en présence de l'urbaniste chargé du projet pour échanger sur la connaissance du sous-sol de cette place.
Il est regrettable que les dossiers d'étude et de réalisation des anciens aménagements n'aient pas été retrouvés à ce jour.

     Nous continuons nos recherches de notre côté.

     Malheureusement nous ne pouvons plus compter sur notre sourcier Michel Rouillard pour localiser des vestiges souterrains. Il est hospitalisé et sera indisponible plusieurs mois. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement.

 

 

7 – La rue des Roses et son coteau :

 

Nous avons localisé sur le site de l'ancienne propriété du Château Boucicaut :

  • Un aqueduc souterrain conduisant de l'eau, traversant la rue des Roses au niveau des n°2 et 3, puis passant sous une parcelle avec une construction en cours.
         Dans le terrain en aval, nous avons trouvé des vestiges du jardin potager de la propriété BOUCICAUT (bassin, regards, tuyauteries en plomb, ..).

         Il est fort probable que tous ces éléments soient liés à l’aqueduc de le rue Boucicaut situé en haut du coteau (en cohérence avec le rapport d'expertise suite aux divers affaissements des années 1972-73).

  • Un autre aqueduc souterrain conduisant de l’eau, traversant la rue des Roses au niveau des n°5 et 6, puis continuant vers le bas de la pente. Il a été localisé par notre sourcier Michel Rouillard.

  • Encore un aqueduc captant une source souterraine dans la zone où se trouvait l'ancienne grotte du Château Boucicaut. Vers où descendait-il autrefois ? Peut-être vers la grotte ?
     
          Il a été coupé par la construction de l’immeuble et se termine par un départ de conduit PVC. L'eau est évacuée avec les eaux de drainage et eaux pluviales vers le réseau d'assainissement.

           Cet aqueduc étant muni d'une cheminée d'accès, nous avons pu y pénétrer en compagnie de deux spéléologues.
           Il est construit en pierres meulières avec une voûte de plein cintre. Il est dans l’axe de la pente du coteau, mesure une dizaine de mètres de long et conduit un peu d’eau.
     
          Une ancienne citerne cylindrique d'environ 2,40 m de diamètre, aux parois en très bon état, équipée d'un regard d'accès. Notre sourcier y a localisé plusieurs arrivées et départs de conduits anciens.
 
Elle serait, d'après lui, le cœur d'un sys
tème local de gestion des eaux .Cette citerne ayant servi de lieu de déblais au cours des temps, nous la viderons un peu afin d’en découvrir les galeries, puis poursuivrons, si nécessaire, son nettoyage. C'est la première fois que nous découvrons une citerne de ce type,  et ce aussi bien conservée.
                                                                                                                
                                                                                                 arrivée dans la citerne d’un conduit
                                                                                                                                                                   de 70 cm de haut sur 43 cm de large.
                        
    Quel est le lien de ces découvertes avec l'aqueduc de la Grande Rue (rue Boucicaut) et de ses 6 puits associés ? Des recherches dans les archives des religieux de Saint Germain des Près, qui furent propriétaires des terres de Fontenay jusqu’en 1597, s'imposent.

 

 

8 - La fontaine des Bouffrais :

 

     Jean-Claude Chanrion, membre de notre association, a étudié cette fontaine dans divers services d'archives. Les premières traces ont été trouvées dans un document de bornage daté de 1675 et réalisé à la demande de Colbert.

     Cette fontaine avec lavoir et abreuvoir a subi beaucoup de modifications tant en forme qu'en lieu jusqu'à aujourd'hui.

C’est pourquoi notre camarade a réalisé un petit livret de 6 pages sous l'égide de notre association. Il sera offert à nos adhérents 2015 lors des prochaines JEP.


 

9 - Accès aux galeries et aqueducs de l'ex-Ecole Normale Supérieure


     Comme vous le savez, il n'y a actuellement plus aucun accès à ces galeries et aqueducs. Rappelez-vous ! Nous vous les avions montrés l'année dernière à l'occasion des JEP 2014, mais pour cela, nous avions descendu une caméra vidéo par la cheminée du carrefour des aqueducs...

     Vers la fin des travaux de réhabilitation de l’ex-Ecole Normale, sur notre demande, l'OPDH92 avait vidé et recouvert la "fosse technique" de l'ex-grande serre avec une dalle en béton armé. Cette fosse de 2,40 m de profondeur nous permettra d'accéder à l'aqueduc nord qui passe à proximité. Malheureusement la trappe d'accès et la descente sécurisée que nous avions prévues n'ont pas été installées sur la dalle.

Nous allons retravailler à ce projet.

 

10 - La Journée des Associations Fontenaisiennes :

 

       Le service Vie Associative de la Mairie nous a attribué, comme d'ailleurs l'année dernière, une place "royale" nous permettant de profiter d'une grande surface vitrée pour présenter nos photos et documents. Nous les en remercions.
      La journée a débuté sur les "chapeaux de roue" par une présentation de notre association et de nos objectifs par Colette Junier, au micro du "Forum des Associations".

       Et quels sont nos objectifs ?
Retrouver les réseaux hydrauliques anciens de notre ville, en surface et en souterrain, découvrir leur histoire, … et les rendre visitables par le public.

     

         Puis les visiteurs se sont succédés, pour beaucoup très intéressés, et pour certains découvrant nos activités.

 

11 - Les Journées Européennes du patrimoine 2015 :

à la recherche des réseaux hydrauliques anciens.

 

    

 

    Notre association "Les Sources de Fontenay" a localisé et étudié certaines fontaines, puits et aqueducs souterrains.
Ils vous seront présentés grâce à :

 

  • Une exposition du vendredi 18 au lundi 21 septembre, dans la salle polyvalente du 10, place du Château Sainte Barbe, de 9 h à 18 h.

     Les documents, photos et plans des galeries souterraines de l'ancienne École Normale Supérieure (ENS), déjà connus, seront complétés par :

- les études de géophysique des étudiants de Paris-Jussieu sur le site de l'ENS,
- la découverte d'une galerie et d'une citerne souterraines rue des Roses, nos premières études de la zone rue Boucicaut - rue des Roses
- les résultats des recherches sur la fontaine des Bouffrais.

 

Colette Junier et des membres de l’association, sur place, vous guideront.

 

  •  Une promenade commentée dans la ville le samedi 19 septembre, départ à 14h00  devant la salle d'exposition – durée 2H à 2H30.

     Cette promenade pédestre s'effectuera sur les chemins et espaces publics, sans jamais pénétrer dans des propriétés privées.

 

     A chaque point intéressant du circuit vous seront données des explications par des membres de l'association, dont Gaston Coeuret, éminent historien de notre ville.

 

     On peut citer quelques éléments évoqués : l'aqueduc de la rue Boucicaut, les puits publics, les galeries en étoile, la fontaine du Clos des Chevillons, la margelle du puits des Korrigans, le cheminement du ruisseau des Bouffrais, les vestiges de la rue des Roses, en terminant notre circuit par la fontaine des Bouffrais, objet de la publication d’un livret sur son évolution au cours des temps.

                                                                                                                   (10 Septembre 2015)

 

  •  Les JEP 2015 sont terminées : un rapide bilan ...

      L'exposition, dans la salle polyvalente du château Sainte Barbe, présentait plusieurs thèmes : les galeries souterraines de l'ancienne École Normale Supérieure et leur histoire pittoresque, le puits des Korrigans et sa grande margelle, la fontaine des Bouffrais et ses réimplantations successives, la fontaine du Clos des Chevillons, ses différentes formes de bassins au cours du temps, sa source et ses galeries drainantes en amont, … le tout agrémenté d'anciens plans de Fontenay-aux-Roses de 1740 à nos jours.
     

De nombreux fontenaisiens, et quelques habitants des communes voisines et même de Paris, sont venus nous rendre visite et ont apprécié nos recherches.

 

      Notre liste d'adresses mail utilisée pour vous annoncer les grands évènements de notre association, avec envoi en copie invisible pour plus de sécurité, s'est beaucoup enrichie, et de nombreuses adhésions ont été enregistrées.

     

 

    Une soixantaine de personnes ont   participé à la promenade commentée du samedi après-midi sous une météo radieuse pendant 2 h 30, et nous sommes arrivés juste à temps pour le début du vernissage de l’exposition sur l’histoire des rues fontenaisiennes dans le hall administratif de la mairie.
    

      La zone de l'ancienne École Normale Supérieure et l'histoire de la fontaine du Clos des Chevillons, connue depuis le moyen-âge, et même bien avant, a passionné les visiteurs.

 

 

      Profitant de notre présence sur la "Coulée Verte", nous avons évoqué l'action de Louis et Simonne Pouey-Mounou, sans lesquels cette magnifique zone de promenade "Les Vallons de la Bièvre" n'existerait pas … car en 1974, notre ville devait être coupée en deux par une autoroute. Les deux ouvrages que nous avons mentionnés sont consultables aux Archives Municipales.

 


      Au square des Anciens Combattants, Gaston Cœuret a expliqué le pourquoi et le comment de la présence de cette margelle provenant d'un très ancien puits privé situé derrière le restaurant des Korrigans, au 56 rue Boucicaut, et aujourd’hui disparu. Elle est ignorée de beaucoup mais mérite d'être mise en valeur, et peut-être un jour… restaurée et installée dans un lieu plus adapté.

 

      Précisons que Gaston Cœuret est l’éminent historien de notre ville.

Depuis de très nombreuses années, il a constitué, lui et son épouse Monique, un très riche et abondant fonds d’archives sur les éléments de patrimoine de Fontenay-aux-Roses.
      Et quand les Normaliens découvrirent en 1991 des galeries souterraines sur leur site, il a recherché et accumulé les documents concernant cette ancienne seigneurie, dont la partie nord deviendra plus tard l’École Normale Supérieure.

 


      La Fontaine des Bouffrais, près du   Centre Municipal de Santé, a été le point d'orgue de cette promenade.

      Les visiteurs ont été avides de connaître son histoire et ses réimplantations successives liées à l’agrandissement et la création de voies urbaines.

        En témoignent les photographies.

 

 

12 – Nos recherches en cours et prévisionnelles.

 

       Nos recherches de fond se poursuivent sur la zone rue Boucicaut, rue des Roses, rue Robert Marchand, ainsi qu'avenue René Isidore et rue Gentil Bernard.
       Mais il nous reste une inconnue importante : d'où provenaient toutes ces eaux qui alimentaient cette zone ?
       Il semble que le ruisseau de Fortune, très ancien ruisseau coulant aux Bouffrais et mentionné sur le plan de Cicille de 1767, puisse en être une explication.

 

       Devant la multitude d’ouvrages hydrauliques ayant existé ou encore existants et connus de nombreux fontenaisiens, nous envisageons de les recenser puis de les représenter sur le plan de notre commune.
       Beaucoup de travail en perspective, travail de récupération de données auprès de vous tous, des plus jeunes aux plus anciens...  

       Notre rêve ? Replacer sur le cadastre de notre ville les anciens puits, fontaines et surtout aqueducs souterrains… cet ensemble pourrait devenir un important document de référence pour les fontenaisiens.

                            { 30/10/2015}



13 - L’aqueduc de la rue Boucicaut,
dénommée Grande Rue autrefois, reliait 3 puits publics.

       Il existe sous le sable de la rue Boucicaut un très ancien aqueduc sans doute en partie effondré de nos jours. Il serait situé entre 6 et 10 m de profondeur.
          Dans le compte-rendu du Conseil Municipal du 10 mai 1814 il est écrit :
« …le maire a cru de son devoir de faire descendre un entrepreneur dans les trois puits publics et d'en faire parcourir les aqueducs a fin de connoître le mal et les réparations à y faire …
- au puits de la ruelle des Bouffrais ...,
- au puits de la place de l'église ...,
- au puits près l'ancienne maison Devin ...,
et qu'enfin il y aura à dépaver et repaver tant sur la voie publique que dans le fond des puits qui ne sont que des réservoirs
               
Plan non daté, origine AM FaR
recevant les eaux qui du haut du village y arrivent par  les aqueducs…. »
        
      Nous avons initié une recherche pour localiser cet aqueduc et les puits associés. Ces trois puits publics sont parfaitement localisés aujourd’hui.
 
14 – Rénovation de la Place de l’église (suite du point 6)
     
       A ce jour, le dossier du projet de rénovation a été rendu public.
      Nous avons de notre coté pu localiser l’emplacement de ce puits public ancestral : dans l’axe de la place, sur la chaussée, près du trottoir.
        Il servait à l’alimentation en eau potable du centre du village et à la lutte contre les incendies.
       Sa situation se prête très bien à un marquage au sol afin de rappeler son existence.
      Aussi, nous avons transmis à Monsieur le Maire un courrier et un petit dossier justificatif de nos recherches, lui demandant de profiter de la restructuration de ce cœur de ville pour rappeler la présence du puits et les origines de notre ville.

Notre proposition s'appuie sur trois critères                
(simplicité, éveil de la curiosité du passant, absence de contrainte de circulation),                                 En rouge foncé, le cadastre en 1943
basée sur un simple marquage au sol par                           En noir et en orange, le cadastre actuel      
une couleur plus foncée.                                                         En bleu , l'emplacement du puits 
Par ailleurs, un panneau en fournirait l’explication.
Ainsi, chacun pourra revivre le passé le temps d’un instant…


15 - « Le mur Colbert », ainsi dénommé par les riverains,
aurait été reconstruit vers 1759.

      Ce mur d’enceinte nord-sud de l’ex-Ecole Normale Supérieure, aurait été reconstruit en 1759 par Jacques Devin, seigneur d’une partie de Fontenay, dont la famille a vécu sur les lieux pendant presque 100 ans.
      Il l'aurait été « pour équarrir le jardin de Mondit seigneur Devin » après l'annexion de l’ancien gué et de la ruelle qui y menait. «  …le mur de clôture du jardin … sera reculé par le bout d’en haut du terrain au derière dudit gué… (il) sera reconstruit à neuf et tiré d’un droit alignement sans ply ni coude  en toute sa longueur… lesdites mesures ci-dessus forment le triangle de terrain …par le bout d’en haut à venir à rien par le bout d’en bas…».  (échange Devin-Chevillon 21/06/1759).
Pour mémoire : Jean-baptiste Colbert est décédé en 1683.

16 - Réunion du Conseil d’administration de notre association
« Les Sources de Fontenay » du 22 novembre 2015 à Paris.

      Nous nous sommes réunis dans les locaux de l’association « Sauvegarde et mise en valeur du Paris Historique » rue François Miron, Paris 4ème.
       Etaient présents : Pierre Housieaux, président de l’association nommée précédemment et Karine Berthier, archéologue et directrice scientifique à l’INRAP qui sont nos conseillers, Colette Junier, présidente de notre asso « Les Sources de Fontenay », Guy Chevalier, secrétaire, Robert Bayle, trésorier. André Poly, ancien professeur à l’Ecole Normale Supérieure et Gaston Coeuret, historien de Fontenay, étaient excusés.

      Nous avons fait le point de nos activités passées et de nos projets.
      La santé financière de notre association est bonne, mais le coût (plus de 300€)  de notre manifestation principale que sont les JEP repose trop sur les cotisations de nos membres. Nous avons décidé de proposer nos brochures en échange de quelques euros pour créer un soutien financier.


17 – Cartographie des réseaux hydrauliques anciens.

      Nous avons démarré ce projet qui s’appuie sur le plan cadastral de notre ville.
      Il est réalisé grâce à un logiciel de DAO qui permet la création de « calques multicouches » spécialisés pour la représentation de nos réseaux.
       Nous avons commencé par la zone de l’ancienne Ecole Normale Supérieure et de ses environs, ce qui nous permet de pouvoir proposer une cartographie du réseau hydraulique ancien aux architectes responsables des travaux de rénovation et de sécurisation du bâtiment C (Permis de construire accordé à l’Université Paris Sud en juillet 2015). Nous espérons ainsi que les aqueducs seront préservés.

       Notre projet est de l’étendre à toute la ville de Fontenay-aux-Roses au fur et à mesure de nos connaissances.
       Nous envisageons de commencer par le report des ouvrages de surface existants ou disparus tels que puits, bassins, fontaines, citernes, …. Mais cela exige un énorme travail de récupération et de mise en forme des informations.
Des aides sont recherchées pour mettre en œuvre ce projet…
 
18 – PLU et réseaux hydrauliques anciens à préserver.

      Michel Faye, maire adjoint à l’urbanisme, nous demande dans quelles zones sont situés les aqueducs anciens afin de les signaler et de les protéger.
      Le problème est que nous n’avons étudié jusque maintenant que la zone Ecole Normale Supérieure et un peu la propriété du château Boucicaut maintenant disparu. Or il est fort probable qu’il existe de tels vestiges aussi intéressants ailleurs dans notre ville. Nous y réfléchissons en fonction de l'état de nos connaissances.
     
       Ils auraient intérêt à être connus, pour leur sauvegarde, mais également pour éviter les sinistres (déviation des eaux souterraines) occasionnés à l’occasion de travaux affectant le sous-sol, en général par ignorance de leur existence.
 
19 - Les documents édités par notre association.

      Nous avons placé, en page "Actualités" du site principal, nos trois documents édités
à l'occasion des JEP 2014 et 2015.
       Nous en avons profité pour actualiser le "Bulletin d'adhésion".
  
20 – L’année 2015 se termine …
 
       Nous vous souhaitons une très bonne année 2016…
        Et nous espérons que nous ferons un grand pas en avant dans la sauvegarde du réseau hydraulique de notre ville où il y avait tant d’eaux et de sources autrefois.…
{ 31/12/2015}

Cliquez ici pour visualiser les évènements de l'année 2016